L'usage de la nouvelle technologie dans le domaine de la santé

La reconnaissance vocale a-t-elle sa place dans le domaine de la santé ?

La reconnaissance vocale est sur la voie du succès depuis des décennies. Plutôt que de poser des questions génériques, nous avons rencontrer Martin Held, Senior Product Manager, département Healthcare chez Nuance pour savoir comment les choses se présentaient dans ce contexte spécifique et très pertinent.

Comment voyez-vous le potentiel de la reconnaissance vocale dans le secteur de la santé ?

À l’heure actuelle, le gain le plus important proviendra de la documentation générale, ce qui permettra aux gens de dicter au lieu de dactylographier afin transcrire directement les informations. Dans certains secteurs des soins de santé, les choses sont assez structurées, vous devez remplir les formulaires numériques, avec des listes déroulantes et ainsi de suite. Il ne s’agit pas seulement d’une simple application vocale, mais pour tout ce qui nécessite du texte.

Du point de vue des cas d’utilisation, nous avons analysé le temps que les équipes consacrent à la documentation et c’est énorme. Par exemple, les trois quarts des cabinets médicaux consacrent la moitié de leur temps à la documentation. Dans certains service d’urgence, nous avons fait une étude où l’utilisation de la reconnaissance vocale a réduit le temps de documentation de 40 %. Dans une autre, l’introduction de la technologie de retranscription vocale leur a permis de voir 4 patients de plus (environ 10% d’augmentation) par jour.

Que s’est-il passé au cours des cinq dernières années en termes d’amélioration des performances et d’innovation ?

Icône d'une application à reconnaissance vocale

Dans ces scénarios, il s’agit de savoir s’il peut fonctionner et produire des résultats sur toute une gamme de dispositifs d’entrée. En général, la reconnaissance vocale s’est tellement améliorée que nous n’avions pas besoin de support dans plus de 90 % des cas. Aujourd’hui, aucun de nos produits ne nécessite une formation, car elle est basée sur une nouvelle technologie qui a été introduite en utilisant les réseaux neuronaux profonds et le machine-learning.

Dans le domaine de la santé, nous avons également ajouté le Cloud Computing et changé l’architecture pour que la machine ou le périphérique transmette l’audio en continu vers un serveur de reconnaissance hébergé. Nous avons récemment annoncé la disponibilité de Dragon Medical One, la reconnaissance vocale grâce utilisant le Cloud.

Il n’est pas toujours possible d’utiliser la reconnaissance dans la voiture, si un signal mobile est faible par exemple. Nous étudions actuellement une technologie qui pourrait enregistrer, puis transcrire plus tard.

Comment avez-vous abordé les implications en matière de protection de la vie privée et de risques ?

Protection numérique

Nous sommes certifiés auprès du réseau N3, ce qui permet aux entités médicales de se connecter conformément aux exigences du gouvernement et de la protection de la vie privée comme la confidentialité des patients. L’offre d’un service via le réseau NHS N3 nécessite une déclaration de conformité à la gouvernance de l’information et la soumission d’IG Toolkit via NHS Digital. Ceci implique un processus de certification relativement long et détaillé, y compris la restauration après un sinistre, les processus et pratiques internes, les employés avec accès et ainsi de suite.

Nous offrons également la possibilité de participer via un réseau public. Car le cryptage et d’autres technologies sont sécurisés afin que les clients puissent se connecter par ces moyens. Ainsi, par exemple, nous pouvons utiliser les téléphones portables comme périphérique d’entrée. Nous n’essayons pas de construire des appareils médicaux mobiles, nous savons combien c’est difficile, mais nous cherchons à remplacer le clavier.

Dans le cadre des meilleures pratiques, il est toujours exigé que le médecin signe la décharge ou confirme une entrée dans les dossiers médicaux électroniques. Ainsi, le texte généré est toujours une référence, et cela devra le demeurer. Il faut plus de cinq ans avant que l’ordinateur puisse assumer la responsabilité du médecin. De même, les conseils ne peuvent être que des conseils.

Comment voyez-vous le besoin du marché de la reconnaissance vocale mûrir dans le secteur de la santé ?

Du point de vue de la reconnaissance, nous pouvons voir son potentiel passer de l’habilitation à l’accroissement, en le rendant plus simple et ergonomique. C’est plus un assistant virtuel personnel. À plus long terme, il serait bien d’adapter l’application de reconnaissance vocale pour plusieurs personnes en même temps, par exemple un clinicien, un parent et un enfant.

Usage de la reconnaissance vocale sur un smartphone

Nous nous penchons également sur le côté codage,catégoriser la maladie, le traitement, la durée du séjour, etc. Les codes sont utilisés pour de multiples choses, comme le remboursement avec assurance, la négociation entre médecins généralistes, les soins de base et secondaires sur les services à fournir ou pour négocier les niveaux de paiement. Pour les soins de base, les médecins font le codage, mais dans le cas des soins secondaires, c’est un codeur qui examine un dossier après le congé d’un patient. L’entreprise Nuance propose déjà des produits de codage basés sur la compréhension du langage naturel aux États-Unis, et ces produits sont en cours d’évaluation pour les spécificités du marché de la santé au Royaume-Uni.

Nous voulons donc aider à transformer la documentation en quelque chose qui peut être facilement analysé. Notre technologie ne reconnaît pas seulement ce que vous dites de manière naturelle, mais peut analyser le texte et le comparer à des codes. En fait, C’est ce qui pourrait ouvrir la porte aux notification par message. Par exemple, si le médecin diagnostique une maladie pulmonaire obstructive chronique, le clinicien peut devoir demander si le patient est un fumeur, ce qui aura un impact dans le code.

Les soins de santé ont besoin de toute l’aide possible

Au cours des deux dernières décennies d’utilisation, nous avons appris que nous n’aimons généralement pas parler en l’air, et surtout pas à un ordinateur. La réduction du temps de formation n’a pas beaucoup réduit ce blocage psychologique. Ce qui signifie donc que la reconnaissance vocale reste dans un marché très utile, mais relativement limité à l’auto-transcription.

En ce qui concerne l’industrie de la santé, victime de son propre succès scientifique, il est difficile de penser à une industrie verticale dans laquelle l’efficacité du personnel est plus importante. Dans toutes les régions du monde, les améliorations potentielles des résultats pour les patients sont entravées par un manque de fonds, des listes d’attente, des pénuries de lits et ainsi de suite, tout en étant accablés par le poids d’une bureaucratie de plus en plus lourde.

Même si la reconnaissance vocale pouvait réduire d’un ou deux points de pourcentage le temps nécessaire à l’exécution d’un cheminement clinique, les charges pourraient être énormes. Une plus grande efficacité ouvre également la porte à une meilleure qualité potentielle, car les cliniciens peuvent se concentrer sur le travail plutôt que sur la paperasserie.

À l’avenir, l’utilisation de la reconnaissance vocale au-delà de la prise de notes est également liée au potentiel d’amélioration du diagnostic. Ce qui sera possible grâce à une prise de décision accrue et à l’amélioration de la sécurité des patients. Car la technologie fournit davantage de soutien à ce qui est encore une industrie hautement manuelle. Cela prendra du temps, mais nos habitudes changeront à mesure que les assistants numériques comme Siri ou Alexa nous rendent plus à l’aise pour parler à des objets inanimés.

Dans l’ensemble, les progrès peuvent être lents pour la reconnaissance vocale, en particulier dans le domaine des soins de santé. Mais ils vont dans la bonne direction. Un jour, nos vies pourraient en dépendre.

 

Martin Held, Senior Product Manager, département Healthcare chez Nuance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *