Agriculture

Ne laisser personne derrière : un plan réalisable pour des objectifs ambitieux

L’histoire et la littérature sont jonchées de tentatives frustrées de faire ce qui est juste. Par exemple, Dorothea dans Middlemarch de George Eliot a eu la bonne intention d’améliorer le sort des agriculteurs. Mais elle a échoué parce qu’elle n’était pas assez pragmatique. Comment faire en sorte qu’il n’en soit pas de même pour l’aspiration à « ne laisser personne derrière soi », qui sous-tend des objectifs de développement durable ?

La première tâche consiste à avoir cette problématique à chaque ordre du jour politique. Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a récemment proposé que les groupes de développement durable se concentrent sur le fait de « ne laisser personne derrière » en premier lieu. C’est un bon signe. Cela suggère que la communauté internationale prend au sérieux la mise en pratique d’une vision ambitieuse.

Mais une fois qu’il est à l’ordre du jour, le prochain travail est de convertir le noble objectif en actes de la vie réelle.

La bonne nouvelle, c’est que, de plusieurs façons importantes, nous avons la preuve que les interventions contribuent à renverser la pauvreté enracinée. Depuis 2004, des rapports sur la pauvreté chronique a permis de découvrir des mesures en faveur des plus pauvres.

La protection sociale constituera une partie importante de la solution. Il en sera de même si les pays ne commencent qu’avec un ensemble de médicaments et de traitements de base dans chaque clinique.

Souvent, nous savons comment atteindre les pauvres, mais pas les marginalisés.

Nous devons analyser davantage la façon de surmonter les multiples obstacles, la discrimination et les obstacles auxquels sont confrontés les groupes exclus, et de veiller à ce que les membres de ces groupes soient intégrés dans l’économie et puissent gagner leur vie. C’est une recherche que des institutions devront faire au cours des prochaines années pour fournir aux gouvernements et aux ONG les preuves requises.

La première étape de ces actions, et de toute autre action, consistera à identifier qui est laissé pour compte et à quoi ressemble cette marginalisation dans la pratique.

Pour ne laisser personne en arrière, un bon recensement sera essentiel.

Pour que les gouvernements puissent identifier correctement les laissés-pour-compte, ils doivent combiner traitement traditionnel de données avec les techniques modernes du « big data » ; le suivi et l’évaluation par des organisations de la société civile travaillant avec des groupes minoritaires ou avec des communautés difficiles à atteindre ; et l’utilisation de la recherche participative à l’écoute des membres de ces communautés.

Bien sûr, il y a des pays où le gouvernement prend lui-même des mesures de marginalisation. La nature mondiale des projets de développement sera particulièrement importante, car la surveillance internationale et la pression de la société civile qu’ils exercent devraient dissuader les gouvernements de discriminer activement contre, ou simplement ignorer les besoins d’une partie importante de leur population.

La mise en œuvre d’actions positives à l’échelle mondiale ne peut, bien sûr, être comparée au logement des travailleurs agricoles. Mais le message de ce dernier est universel : les objectifs ambitieux ont besoin d’un plan réalisable pour réussir. Si le monde ne doit vraiment laisser personne derrière lui, ce genre de recensement sera vital.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *